Archive pour novembre 2008

spam

Alors que sans vraiment attendre quelque chose de précis, je garde un oeil en coin sur mon tel,  je reçois coup sur coup des textos improbables :

Le premier de Dominos Pizza pour une soirée foot (60 € les 8 pizzas) et un second de mon service client pour une offre promo (200 texto surtaxés envoyés, le 201e gratuit)

 

Fuck 

Heureusement que j’attends rien de précis, hein, car j’aurais pu vraiment être déçue.

Mais là ça va.

 

Pardon je me rends compte que je parle de ma petite vie sans grand intérêt. Demain on verra plutôt comment mal manager sa stagiaire de façon structurelle et régulière.

Déjà un petit truc, dite tous les soirs « aaaahh je suis désolée, j’ai pas eu le temps de te voir aujourd’hui mais on se voit demain sans faute. P R O M I S »

Normalement ça énerve bien.

Publicités

Théâtre

C’est pas possible : je me rends compte que le théâtre jouit vraiment d’une réputation exécrable !

J’ai demandé à 3 personnes de m’accompagner. Les réponses bien que divergentes sur les motifs, furent sembables quant à leurs finalités.

« J’ai piscine » 

« Comment te dire, heu, le théâtre… »

« Ah pour les concerts et les plans bitures, je suis présente à la vie avec toi, mais le théâtre, c’est non de non ». 

Bon, comme c’est pas le genre de propositions que l’on peut faire à la légère, surtout avec une certaine personne de sexe masculin qui pourrait être TRES VITE effrayée (théatre= plan culcul) et partir, bêtement, sur un gros malentendu, car en fait, on parle bien de la même chose (plan Q Q) 

Ca va finir seule à côté de mon manteau, les genoux dans les côtes. J’ai pris des places tarifs réduits.

Les lundis

Je vais pas écrire sur ce sujet, je pense que n’importe quelle personne en âge de le faire a déjà émis une théorie toute personnelle sur le sujet. 

Non, je vais plutôt vous parler de ça : 

Moi très polie : « Bonjour madame, ouhla,  joli pull à poids dis donc ! Bon mais si je suis là ce n’est pas pour parler fripes, mais pour vous acheter une place de concert, c’est à la maroquinerie et c’est bien, c’est le 4 dec »

Le pull à poids : « Ouai, vous avez une carte fidélité »

Moi très polie : « Ah non, je veux pas m’aliener rien, je suis libre, libre, libre ! »

Le pull à poids : « bon ok alors ça sera du plein tarif »

Moi très polie : « D’accord, madame, allons-y »

Le pull à poids : « Bon alors c’est quoi QUE vous voulez voir, j’ai rien compris, vous parlez trop vite »

Pour les fidèles, je vous laisse relire ce post qui montre à quel enchaînement de réactions peut aboutir cette simple  phrase.

Moi, guerrière : « J’articule alors ; voilà c’est Department of Eagle »

Le pull à poids : « Je le vois pas »

Moi mi-figue, mi-raisin (allez raisin) : « Je peux voir votre écran ? »

Evidemment le truc est sous ses yeux ..

Moi soulagée  » C’est ça, là »

Le pull à poids : « Combien de places ? Deux ?  »

Moi énergique : « Non, une merci »

Moi tentant une blague : « Je veux bien un paquet cadeau, c’est pour moi en petit plaisir »

Le pull à poids, moins sensible à mon humour qu’il pouvait y paraître au premier abord : « Une seule place ?, vous êtes sûre ? « 

Moi ayant pourtant vachement articulée, « Oui une, j’en suis sûr, Gaston ! »

Le pull à poids – regard de pitié

Moi amusée :  » Seule c’est pas mal non plus, comme au lit quoi »

Le pull à poids, perdue.

Moi « Ok bon, je vais payer, hein »

 

 

Tout ça pour vous dire que au 21e siècle les gens ne comprennent toujours pas que l’on peut faire des activités seule et être super contente de ne pas avoir à débriefer juste après. Ce moment post émotion, où, complêtement abasourdi, il faut admettre, humble, que dire quelque chose d’intelligent est quasi impossible.

Je vous rassure ceci une fois de plus n’effraie apparement pas 99% des gens.

L’esprit winner

Comme Loïc Lemeur.

Ce soir, hop c’est décidé, c’est tout le monde à mes pieds à ce dîner. 

Notez, je pars pas gagnante, je viens, à 21h45, en guise de challenge, de mettre une fleur haïtienne dans mes cheveux.

Les EVJ (Enterrements de Vie de Jeune Fille)

Attention, ce copier-coller de mail reçu à l’instant peut choquer les plus jeunes. 

« Salut les cocottes en papier, 

Dernier mail rapide sur le sujet : 

– A apporter déguisement = babos le jour J puis champ + cadeau  souvenir + drap sac de couchage +  bonne humeur + mission particulière (cf CR dernière réunion) 

– Départ 1 :  en twingo et vendredi soir : préparer la maison + course le samedi matin du we. On ne tient pas à 4 ds la twingo avec les sacs, la guitare, le blender, le karaoké… 

– Départ 2 : tous ds la Mégane ! est ce que l’on peut tenir à 5 ds ta voiture ???? on n’a pas d’autre voiture sauf si on en loue une ou ss qq en a une autre ????? Y: est ce que tu dors sur place le samedi soir ? si oui YY pourra rentrer en voiture avec toi le dimanche matin à Paris ? 

– le Kidnapping : J’ai rdv avec Y samedi matin vers 9h pour les tenues d’enfants d’horreur en bas de chez elle donc le départ 2 la chope en bas de chez elle (je vais essayer de décaler à 9h30) Lui faire faire son sac de we chez elle + la déguiser et nous rejoindre pour ze grand we spi de l’année 

A vous les pepettes 

PS : merci de me filer vos portables par retour /PS 2 : le dernier CR »

Deux choses l’une, soit vous vous êtes immolé par le feu à la lecture du « Salut les cocottes en papier » qui effectivement peut en effrayer plus d’un, soit, comme moi, vous n’avez pas compris la tournure émotionnelle qu’a pris la conversation.

Dans tous les cas, et pour vous la faire courte, vous en êtes au 990e mails reçus (dont 899 d’insultes) pour finir perchée comme le corbeau à son arbre, dans une sacrée après-midi déconne faite d’accrobranche, de hammam et de cornes de gazelle.   

De glousseries en glousseries, « Alors je lui ai dit ça … et il m’a répondu ça….donc je lui ai fait ci… (hink hink)« , je vous rassure le WE finira par passer, mais à quel prix ? 

Ah tiens, si, on me souffle 400€.

Tout ceci pourrait se courber sous le poids de l’ironie, sauf que non en fait.

Smiley(s)

Je bouscule ma ligne éditoriale pour vous parler d’un combat quasi quotidien : les smileys. 

La presse s’est emparée du sujet, mais personne n’a encore eu les cojones de trancher. 

Donc que cela soit dit, un smiley ne masquera jamais le peu de profondeur de vos propos et il vaut mieux apprendre à se taire quand on a rien à dire de toutes les façons.

Merci d’avance pour nos yeux fatigués,

L’Académie Française

Les filles (demain, je fais les garçons)

Typologie des filles en soirée -fruit d’une enquête approfondie :

-celles qui boivent de la vokda pomme, qui piaillent entre fille, qui se déplacent en grappe

-les dindes à frange : les mêmes que précédemment mais en un peu plus autonomes

-les grandes incomprises, enfin surtout par la gente féminine, parce que sinon les garçons ils aiment bien le coup du décolleté et des petits cris entre chaque respiration

 

et puis aussi : les trop jeunes, les bourrées, les en couple très pénibles, les très moches à gros seins qui chopent toujours, les mêmes mais à petits seins qui dépriment, les très belles qui font un peu peur, les filles qui tirent la tronche alors que tout le monde est pourtant de très bonne humeur sous mdma, les filles qui dansent en fermant les yeux comme aspirées par la musique, les filles qui te montrent qu’elle ont fait 15 ans de modern jazz, les stressées parce que demain il faut se lever tôt (marche aussi parce qu’elles vont louper le dernier métro), les petites qui te pincent les seins quand elles commandent un mojito, celles qui draguent ton mec devant toi comme si tu n’existais pas (fabuleux spéciment!), les filles qui parlent aux garçons en faisant des petites moues avec leur bouche (OOOh, AAAAh,  mais NOOOOOn….), les filles cool à qui tu as envie de parler…

 

Tout ceci est disponible dans la collection « une étude sociologie, et vite, SVP »‘ vendu 2,90€ avec une figurine dans toutes les bonnes maisons de la presse.


novembre 2008
L M M J V S D
    Déc »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930