Archive pour janvier 2009

L’instant présent

C’est la clé mais personne ne le voit. 

Dans l’instant présent, que Jeff le relou te casse les bonbons tu t’en cognes, que tu aies très envie de faire un tennis alors que tu es au travail te paraît aussi stupide que vain, que tu aies une contrainte à 16h ne t’apparaît même pas à la conscience, que tu sois contrarié par une histoire passée qui date de la création des Pokemons ne peux plus t’arriver, tu n’attends pas compulsivement des choses du futur proche car tu les laisses venir à toi facile, tu ne subis pas mais tu es maître à bord, tu n’as plus de montre mais tu sais quelle heure il est (j’ai faim, j’ai envie de toi, j’ai soif, j’ai besoin d’un café), tu aimes tout le monde même les brochettes de  thon dans le métro, tu vois que ce qui était un drame hier (QUOI, tu n’as pas pris la saison 5 de Dexter en VO?) devient de la roupie de sansonnet (Finalement, je vais me mater Six Feet Under), tu sais que tout changes super vite, tu n’interprêtes plus rien à tort et à travers (ah tiens, il a mis un sucre dans son thé, il doit être en train de se dire, qui me mangerait bien la peau), tu vis tous intensément (humm cette présentation PwP, j’avais justement TROP envie de la faire), tu n’es plus fascinée quand tu es face à un idiot, tu sais qu’il fait de son mieux, tu te mets dans l’élan de choses et pas dans l’envie ou la jalousie qui rabougrinent (Cruella elle de plus beaux doigts que moi), tu as moins envie de consommer (faut dire que ça grave déconné le mois dernier), la créativité jaillit par tous les pores de ta peau, tout ce que tu dis est d’une certaine manière, traduit immédiatement par un profond ressenti, le sel de l’imagination ne gît plus sans rien faire au fond de ton cerveau, tout ce qui est « added value », « best practice » et « core competences » t’apparaient assez nettement et tu mets tout ça au service de pleins de trucs sympa (apprendre à faire des sushis, commander un appart sur internet), tu ne te fais plus de mouron et tu t’amuses de tout ce qui t’arrive sur 5 générations.

Et, tout ceci, c’est frappé au coin du bon sens.

Publicités

Les jouissances égoistes du quotidien

Pourquoi ne miser que sur des grand bonheurs souvent survendus alors que la vie quotidienne est gorgée tout plein de petites extases ? 

Se réveiller la nuit pour aller boire au robinet de l’eau bien fraîche quand on a bu la veille

Se coucher dans des draps qui viennent d’être lavés

Trouver de l’argent dans la rue, même peu 

Constater que l’email qu’on vient d’envoyer avec énormes fautes d’orthographe ou déclarations hystériques de haine ou d’amour n’a pas pu être expédié

Donner des coups de téléphone importants de son lit

Garer sa voiture dans une petite place et sortir l’air impérial

Entendre dans un supermarché à la caisse bondée « Vous pouvez venir ici, j’ouvre« , et réussir à s’y précipiter

Découvrir que votre compte en banque est au vert grâce à un virement que vous n’attendiez plus de votre mutuelle

Faire un blague, constater en la disant qu’elle est pas si terrible que ça en fait, attendre le flop avec abnégation, et finalement remporter un franc succès (applaudissements, courbe d’audimat en hausse et remerciements)

Essayer un jean pas porté depuis 1981 et constater qu’il est même un peu grand

Voir ses seins gonfler à certains moment

Mettre de la biafine en gros pâtés sur un coup de soleil

Ne rien attendre mais finalement recevoir quand même un signe de vie (en ce qui nous concerne :  un texto, un mail, un message sur un réseau social)

Aller aux toilettes, seul(e) chez soi

Passer à l’heure d’été

Rêver qu’on repasse le bac, se réveiller et constater que c’est fait depuis bien longtemps

Tomber sur une fournée de chouquettes chaudes (marche aussi avec les baguettes qui sortent du four)

Voir loin dans la rue que le commerçant s’est trompé en vous rendant la monnaie

Eteindre la télévision et aller lire un poème d’ E Cummings  « i carry your heart with me(i carry it in my heart) »

Trouver une chanson qui vous plaît (Je vous renvoie à ce post dédié)

Se trouver plein de points communs avec Jean Machin

Se forcer à aller à une soirée, et vivre quasi la meilleure de l’année

Jauger que dans ce rade paumé il savent doser le bloody mary

Se faire du bien avec ses 4 mains

Dire du bien de quelqu’un

Les vampires

Ceux dans votre entourage. Faut les répérer et faire cesser ce bordel.

 

Sinon, avec ce jour de grève, je me rends compte qu’on ne dit pas assez de bien du télétravail.

Avoir 30 ans : doigté doigté doigté

Ce conte de Noël est arrivé hier à quelqu’un à qui je veux beaucoup de bien. Mais j’ai bien vu que j’avais pas trop su trouver les mots. Alors j’ai appelé à l’aide.

J’ai parlé à tous ceux qui ont déjà l’âge du Christ et même plus. Ils ont été unanimes, après une franche poilade (ah ça ils font les malins maintenant que le cap est passé), ils m’ont expliqué avec des schémas et des crayons de couleur que le vrai tournant, c’était 40. 

J’ai pas trouvé ça trop réconfortant, alors j’ai appelé Guy Degrenne qui m’a expliqué que c’était le bon moment pour faire une commande d’un service entier, notamment leur dernière collection épate-tes-amis-avec-une-petite-cuillère.

J’ai trouvé ça fort de café de récupérer comme ça les dates d’anniversaire pour faire du marketing, alors j’ai appelé Jean_veut_de _la_Vieille, qui m’a dit qu’à 30 ans, c’était la maturité sexuelle de la femme et qu’il ne fallait donc pas hésiter à l’appeler sur son 06.

J’ai trouvé ça pas con mais pas suffisant, alors j’ai mailé son entreprise de travail, qui regrette mais « qui n’est pas parvenue à obtenir ce qu’elle lui souhaitait (augmentation à 5 chiffres) mais qui la remercie pour son engagement, sa loyauté et la qualité de son implication » + un « Bien cordialement »  un peu sec.

J’ai crié, j’ai pleuré, des larmes et du sang, mais ça n’a rien fait. Alors j’ai appelé sa famille, qui m’ont dit qu’ils l’aimaient, et que la chair de leur chair ne pourrait que aller dans le bon sens des étoiles.

J’ai hoché de la tête, j’ai continué, j’ai appelé ses amies adorées, qui la voient encore en maternelle, avec ses robes à smoke. (J’ai au passage réalisé qu’on ne change, en fait, jamais vraiment pour ses amis. Y a intérêt à bien bosser la première image parce que après ça bouge plus. )

J’ai appelé un de ses ex, en plein festival d’altruisme et de générosité : « raaaaaahh, si j’avais pas épousé C., elle aurait été la femme de ma vie ». J’ai trouvé ça un poil hypocrite mais je lui ai confirmé, qu’à mon humble avis, elle avait fait preuve de grande sagesse de ne pas trop s’attarder sur un mec qui donne un nom à ses deux pantoufles.

Puis, je me suis dirigée vers toutes les salles de cinéma de Paris. Explosion de joie à tous les guichets avec cotillons et serpentins. « V. c’était notre meilleure cliente, on l’aimait fort,  dites-lui qu’elle revient quand elle veut, que le pop corn n’a plus la même saveur sans elle matin, midi et soir ». J’ai dit que j’en parlerai à son employeur qui la retient devant un pc, mais je les ai rassurées que, questions DVD, ça y allait sévère à la maison.

J’ai appelé STEVE, astre de lumière en développement personnel, qui m’a ré-expliqué que ce qui comptait, c’était l’instant présent et que on allait, de toutes les façons, tous, d’octave en octave. (Tout de suite après il m’a pincé un sein en me disant que ça faisait 4 mois que je bossais ce truc, et que je pouvais passer le message toute seule,qu’il en avait marre que je le dérange pour un rien, et que, là tout de suite, il préferait barattre du beurre)( STEVE dit un peu n’importe quoi quand il est énervé)

J’ai continué mon chemin, je suis tombée devant une librairie de l’occulte, j’ai acheté de quoi faire de la magie blanche (ça pourra toujours servir)

J’ai appelé Joy Division. Ian Curtis m’a répondu vite. Très sympa le gars, alors qu’on aurait pu le croire neurasthénique. Il m’a dit que ses chansons, elles servent à faire voyager l’âme et que V. elle avait saisi le truc depuis bien longtemps. Que j’avais pas à m’en faire. Et que quelque soit la pente, elle n’en reste pas moins skiable.

J’ai appelé le château de Versailles, qui m’a confirmé que son abonnement courrait bien jusquen 2010. J’ai hurlé qu’avec un côté aussi terre à terre on allait pas s’en sortir (sans compter toutes ces grèves de RER).

Alors j’ai cherché au fond de moi quoi lui dire.

Y a un truc qui a jailli direct. C’est :  « haut les seins !« .

Je crois que ça résume pas mal les choses en fait.

Il est de question de passer la première partie de sa vie à désirer la seconde et la seconde à regretter la première.

C’est fou cette vie qui est la mienne

Je mange des pistaches premier prix, j’arrive à en ouvrir une sur deux, c’est pénible. 

Eclat de génie de mon ex-collègue adoré :

« Du coup, subitement, elles sont deux fois plus chères »

Ce mec a vraiment le business dans la peau.

Décidément, on vole de lectures édifiantes en lectures édifiantes

Deux débats en cours dans ma boite mail, le premier :

« Sur Facebok, qui désactivera les profils pour qu’on évite de poker les morts? »

et un autre sur :

« La méthode infaillible pour détecter l’orgasme féminin. La méthode est simple, puisqu’elle consiste à… mesurer la pression rectale. »

(Pour les intéressés, écrivez-moi un courrier, je transmettrais les sources)

De l’épineux problème du stade anal chez l’enfant

Les US ont trouvé la solution : ils viennent de sortir une poupée qui a un systeme digestif…

Le discours marketing agressif est en place  : « Une fois qu’elle a mangé, elle prévient quand elle a envie de faire “popo” et il faut vite la mettre sur son pot. Mais apprendre la propreté n’est pas une tâche facile et parfois il va y avoir des “accidents”! »

Ca fait scandale et, bien sur, ça cartonne.

Mais tout de suite, se pose la question suivante :  « La poupée Baby Alive et sa digestion sont-elles trop réalistes? »

Réponse des experts , ici d’une pédo-psychiatre : « La poupée est un soutien à l’imaginaire de l’enfant qui se projette dans une position de parent. Ce soutien doit être peu réaliste pour permettre toutes les projections possible. Trop de réalisme est un leurre puisqu’une poupée ne mange ni ne va aux toilettes. Cela ne soutient pas le rêve et c’est ça qu’il faut faire chez l’enfant. »

(Si vous n’avez rien compris, c’est normal)

Contre-attaque décisive du fabricant de jouet (en effet, on ne peut VRAIMENT rien répondre) : « L’aspirateur aussi fascine les enfants.  »

 

Bilan de ma chère V. « Enfin, un cadeau de mariage intelligent. Je vais le rajouter sur toutes les listes que je croise. »

Je crois qu’elle a tout compris à la vie.


janvier 2009
L M M J V S D
« Déc   Fév »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031