Archive pour septembre 2009

En même temps

Je dis ça mais je me rends compte que l’alternative à free lance, c’est … AVOIR DES COLLÈGUES (des non-choisis, j’entends).

Tout s’embrouille à nouveau.

(ou alors bosser avec ses potes ? ou encore créer sa boite et n’embaucher que des gens drôles ?)

Publicités

J’en ai profité (par tranche de 2h30 sous dafalgan)

Pour ranger ma bibliothèque.

Faire un brin de ménage.

Trier deux ou trois papiers.

Regarder 4 films et 2 documentaires

Commencer Barbey.

Finir Rachel.

Trier un peu mon itunes.

Mettre à jour mon Vista.

Voilà, donc, si j’avais eu un micro doute, ça y est, non, c’est sur, je sais :   j’aurais fais un super mauvais Robinson.

Je veux voir DES GENS.

(et là, d’office, j’élimine pour ma vie future, les professions de free lance)(en un sens, ça tombe bien, à la date d’aujourd’hui, je sais pas trop ce que j’aurais pu vous free lancer)

Et ça continue encore et encore, c’est que le début d’accord, d’accord

Alors que j’étais en train de raconter à V., fraîchement rentrée de voyage, comment j’avais essayé de soudoyer mon médecin pour savoir quelle grippe j’avais exactement :

« Non, mais Docteur, de vous à moi, si je vous donne une lettre à choisir entre A et F, vous prendriez laquelle ? »

Elle m’interrompit soudainement (visiblement un mail interne)(elle bosse chez Openorange®)

« Nous, on lutte contre le 25ème suicide donc la grippe A, tout le monde s’en fout, même s’il y a un cas à 5 mètres de moi »

….

Il est peut-être temps que je songe à arrêter mon égoïsme primaire, du moins, un moment.

(Du coup, demain elle vient gratis à la maison)(on fait une flu-party)

Dans un esprit totalement rebelle, j’écris de mon lit.

J’ai la grippe, c’est entendu.

Ce qui m’a un peu chagrinée, c’est que le médecin s’en contre-foutait de savoir si c’était la A ou pas (alors que moi, pas du tout : dans un cas, t’es une star, dans l’autre, t’es juste malade). Et ça, car, de toutes les façons, « ça se soigne pareil« .

Bon.

Enfin, j’ai pu me prouver à moi-même que j’ai des anticorps au top : je vous passe les détails (des enfants lisent ce blog) mais, cette nuit, j’ai fait un corps à corps avec le virus et maintenant, ça va mieux.

Ce qui va m’obliger à annuler tous mes rendez-vous. Raah, c’est ennuyeux. J’avais mes deals : 5-6 potes devaient passer ce soir pour venir, contre 15 euros, m’embrasser (ou se faire tousser dessus, selon) et signer ainsi un arrêt maladie prompto avec leur boss le lendemain.

Dommage.

Sinon, je cours pas encore les rues non plus. En fait, j’ai plutôt mauvaise mine.

(quand je me regarde dans la glace, mon visage me fait penser à un bol de lait)

Et cette phrase de saint Matthieu résonne dans ma tête : que votre oui soit un oui, que votre non soit un non, (Matthieu 5:37).

Emploi recherché : […………] (par exemple maître nageur)

bon, je crois que c’est pas encore le bon site pour moi.

Je crois que mon corps essaye de me dire quelque chose

Ca planait pour moi la dernière fois qu’on s’était parlé. Mais maintenant c’est bien fini.

La grippe (A ? pas A ? Ce lourd suspens sera tu ce soir) s’est fait connaître par un sifflement jovial, hier soir, à partir de 21h : frissons louches, très chaud puis soudain extrêmement froid, toux pas normale compte-tenu du fait que je ne fume pas et, alerte maximale, pas envie de finir mon verre de vin.

Ensuite, sans vouloir me vanter, j’ai passé ma pire nuit de l’existence entière. C’est à dire que, globalement, je n’ai pas dormi et dans les seuls moments de répit, j’ai fait des cauchemars HORRIBLES (je me souviens plus de tout mais à la fin, je finissais empaillée au musée Grévin).

Maintenant, je fais preuve d’abnégation et je me dit que c’est zouper, je vais pouvoir regarder des films jusqu’à la conjonctivite.

(En revanche, il va falloir prévenir Elvis Perkins qu’il ne faut pas qu’il prenne personnellement ma non-venue à son concert ce soir)

Là tout de suite

Dans un des immeubles de ma rue, il y a un pré-ado de 5e qui apprend à jouer de la flûte, fenêtres grandes ouvertes. Il n’a pas l’air de se rendre compte, mais le tuer et abandonner son corps meurtri sur le trottoir est quelque chose de tout à fait envisageable.

D’autant que les 69 litres de champagne bu (incidemment) toute cette nuit ne passent pas terrible.


septembre 2009
L M M J V S D
« Août   Oct »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930