Archive pour juin 2010

Encore une belle tranche de vie

« Avec un peu d’équilibre et la conscience que rien n’est vraiment grave au sens dramatique du terme, tu peux carrément aller dans le monde et t’y frotter » lui disais-je hier soir.

Oui parce qu’on sait bien que ce fameux rapport aux autres pose problème dans la mesure où il nous renvoie direct à nous (je ne vous apprends rien).

En même temps, je ne suis pas sûre que rester dans sa demeure perso fasse vraiment le job.

Car oui, bien sur, je n’ai pas précisé, mais il va de soi, que le but de toute vie, selon moi, outre vivre (déjà), c’est aussi découvrir profondément ce qui nous anime, et surtout, en fait, ne pas faire semblant de ne pas le voir.

Après chacun ses spécialités.

Mais qu’on ne me parle pas de plaisirs de masse ou de mondialisation de la pensée.

C’est hors du champs humain.

(que se passe-t-il avec ce petit ton messianique, on a vraiment l’impression que j’ai pris de la dogue non ?)

(non je pense que, c’est surement parce que hier soir j’ai appris que j’étais 4 (Vie) / 4 (Destinée) en numérologie : soit le nombre le plus travailleur et structurant, sérieux et carré. Petit choc donc, car notons le de go, ce n’est pas non plus le plus fun)(en revanche, mon nombre d’Esprit est le 22 : aussi rare que prophétique)(bon prétexte pour continuer à vous abreuver de leçon de grâce)

Publicités

le dépanneur de l’Internet

ressemblait à un repris de justice qui aurait de l’humour et le sens du questionnement.

Mais bon ça y est, ma petite panne est réparée.

Je suis donc back (et ca va faire mal, Johnny, car j’aime l’amour qui fait Paf).

Plus simplement, j’en ai profité pour acheter une robe qui fera de moi une déesse grecque (mais sans le côté rhétorique à tout va, ni l’amie de Sophia, car je veux éveiller des instincts cachés avec)

Mais ne nous quittons pas sans la dernière petite histoire drôle de T. qui mine de rien peut éclairer.

C’est l’histoire de Mandrake le Magicien.

Quand il va voir une femme :

« Je te baise

et pouf

je te fais disparaitre »

*à méditer pour les moins de 18 ans*

I do it (mon monde est un monde de surprises)

Je crois que j’ai réussi à devenir stone juste avec de l’encens (mais de la pure et de la différente dans chaque pièce)

Remarque à 1euro chez les Pakis, ça va m’économiser du bordel.

Un autre jour, nous essayerons de voir si la levure industrielle fait gonfler les seins (nous ne sommes plus à un test ridicule près)(je me donne vraiment à la science)

Vroum

Pendant que Jésus monte se caler  à la droite du Père, je descends en Bourgogne.

Je crois que tout est dit.

Là où je suis BONNE

C’est que je me suis abonnée à mon propre blog par une erreur de manip.

C’est BON ça !

(c’est toute ma rigueur de coller à l’actualité essentielle)

Un dîner imprévu

« Ouai, c’est SF, je me disais que je pouvais te rendre tes bandes dessinées ce soir ? »

« Pas con, surtout que c’est avant 2076, passe dîner »

(En plus, je venais d’acquérir les droits du concept ZÉRO CUISINE  « tu prends le vin, pendant que je roule une pelle à Picard« )

Ce fut un dîner fabuleux où tous les thèmes abordés ont frôlé l’ouverture d’une chaire au Collège de France :

– Les Gens (classique mais indémodable)

– L’écriture spontanée

– « Etre tout seul au sommet » / « Lonely at the top »

A la fin, on a pris du Limoncello avec très peu de sucre, puis, comme on arrivait moins à parler, on a mis de la musique (je veux dire, il y avait DÉJÀ de la musique mais là, la musique devenait the-central-point-of-the-dinner).

Chacun a mis  SA chanson.  Puis SES chansons. Après ce 1 partout, on a conclu en serrant la main qu’on allait se faire un cd audio comme dans les années 90′.

Comme la tradition le veut, on a repris un dernier jus de citron italien alcoolisé (Je veille à ce que mes invités soient totalement raccord  avec les recos du PNNS  « 5 fruits et légumes par jour« )(marche aussi des chaussons aux pommes).

Puis je suis allée dormir, détacher l’âme de mon corps.

Voilà, demain, je vous dirai comment garder le teint rose par jour de brouillard pour maximiser les chances d’échanges buccaux sans se tromper de buisson.

(le blog ne tient pas sa ligne éditoriale, puisqu’il était question plutôt de parler de foot)


Quitte à être parisienne,

autant en profiter.

Ce soir, avec Dupon, c’était la soirée « Je bois gratos dans des lieux sympas« .

Ni une, ni deux, on a fait le Centre Culturel Irlandais (génial!) et ensuite une soirée Design avec navette de Quai de la Rapée à Saint Germain.

TROP comme je savais.

Nulle part,  je n’ai été dupe, mais, au moins, j’ai pu faire de grandes démonstrations philosophiques :  « Ouai, tu vois, sur une échelle de valeurs de vain à inutile, je nous situe, nous qui parlons, à 47% du chemin ».

Y avaient des mecs dragueurs parce que tu es « à leur goût », plein de bons vins, des oeuvres immondes en liège et de bonnes rigolades.

Voilà, DONC, encore une soirée qui, globalement, t’éloigne de la futilité (alors que, à la base, on veut t’en perfuser), mais te rapproche de la connaissance (ce que tu veux, ce qui te fait lever le matin)(comprendre pourquoi les gens font ça et puis ça).

Sinon, je pense que la fille qui drague, pour sa meilleure amie (MOUHAHA), mon meilleur pote, DER  Dupon,  se leurre et est en train en tomber sous son charme.

Ah la vie, c’est déjà le trépas, qu’on a rien pu apprendre aux nouvelles générations.

Comme dirait Char, sur l’existence :  « Adorable don ».

Et moi-même,  j’ai arrêté de vouloir prévenir.


juin 2010
L M M J V S D
« Mai   Juil »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930